Ne sous-estimez pas le poids d’une carence

Vous le savez peut-être si vous avez lus mes derniers articles sur le blog : en Juillet, j’ai fait une prise de sang parce que j’étais toute flagada, ramollo du genou et aucune motivation pour rien et on a découvert que… j’avais une belle carence en fer.

Rien de bien grave, c’est assez commun et surtout rien d’inhabituel, je suis anémiée depuis des années… A chaque fois je reprends des compléments de fer pendant quelques semaines / mois et tout rentre dans l’ordre.

Mais cette carence a malgré tout eu un énorme impact sur ma vie.

Pourquoi ?

Faites-vous un thé, je vous raconte !

Vous préférez écouter plutôt que lire ? Cliquez sur play ci-dessous 😉

L’explication d’une grosse fatigue

Quasiment à chaque fois, c’est le même scenario : en général quand je me décide à aller voir mon médecin et faire une prise de sang, c’est que je traîne une fatigue persistante depuis des mois en me disant “aller je vais dormir un peu plus cette semaine, ça va aller”…

Sauf que peu importe le nombre d’heures de sommeil, dans ces cas là, je suis non seulement fatiguée tout le temps mais en plus j’ai du mal à me concentrer, le moindre truc me demande un effort dingue et par conséquent, j’ai envie de ne rien faire.

Envie de voir personne, la flemme de sortir de chez moi (ben oui vous comprenez, il faut marcher 7 minutes pour aller au métro, c’est loiiiiin), aucune envie de me lancer dans n’importe quel projet et surtout aucune envie de bouger ou de faire du sport.

A ne pas confondre avec une dépression hein, en général le moral reste à peu près bon même si le fait d’avoir l’energimètre (??) à zéro impact aussi l’humeur, mais là c’est plutôt un truc physique, une sensation que je pourrais résumer par « boarf, me préparer, sortir de chez moi, marcher, tout ça, non merci, je vais plutôt rester dans mon canapé et aller me coucher à 20h30 », vous voyez le genre ?

Donc au bout de quelques semaines / mois comme ça je me suis dis que quand même, ce n’est pas très normal, surtout au printemps où on est censé retrouver la patate (bon même si on a pas eu de printemps en Suède… on est passé directement de l’hiver à l’automne sans passer par la case printemps ou été…).

Et je suis allée voir mon médecin qui après avoir appris que j’étais végétalienne m’a prescrit tout l’arsenal du bilan sanguin (avec une pointe de jugement dans le regard, si si, j’ai vu).

Là j’avoue que j’avais un peu peur d’avoir une vilaine carence (genre B12, protéines, calcium) qui aurait pu faire dire aux détracteurs carnivores « haaaa tu vois, le végétalisme c’est mauvais pour la santé ! »… C’est la première fois que j’ai eu peur de ça d’ailleurs depuis que je suis devenue végétalienne il y a presque 2 ans.

Et puis les résultats sont arrivés : tout va nickel, même la B12, yeaaaaah, (bon même si apparemment le bilan sanguin ne vaut rien pour la B12, il vaut mieux faire un prélèvement d’urine…? A creuser), pas de grosse carence vilaine, en revanche une belle anémie.

Voilà donc l’explication de mon état végétatif ! Je manque de fer !

Comme à chaque fois je me suis dit « arf encore une carence en fer, bon ça va, je m’en occuperais plus tard » et j’ai traîné avant de prendre des compléments de fer, je pensais que ce n’était pas si grave.

Sauf que…

Au bout de quelques jours / semaines à prendre du fer, j’ai retrouvé une énergie que j’avais oublié avoir un jour !

Je ne m’en suis pas rendue compte tout de suite mais un jour je me suis dit « purée j’ai la pêche en ce moment, je n’ai pas besoin de dormir beaucoup et je ne suis pas fatiguée, j’ai la motivation pour faire plein de trucs et j’ai même envie d’aller au sport… Que m’arrive-t-il ?? »

Et là, révélation ! 

Ben oui ma ptite dame, je prends du fer depuis 2 mois ! Tout simplement ! Je n’ai rien changé d’autre… J’ai juste rechargé mes réserves de fer et mon corps me dit merci !
 
Et c’est là que je me suis vraiment rendue compte du fait qu’il ne faut pas sous estimer une carence, quelqu’elle soit !
 
Je suis passée de :
– grosse fatigue générale et gros coups de barre dans la journée
– AUCUNE motivation pour faire du sport
– sortir de chez moi pour aller quelque part me semblait le bout du monde
– je limitais autant que possible les trajets à pied
– n’importe quel projet me semblait une énorme montagne à franchir
– un moral un peu vacillant quand même
 
A :
– j’ai envie d’aller à la salle de sport (genre moi quoi !)
– j’ai la pêche toute la journée
– j’ai envie de marcher comme ça pour rien et si je vois que ma destination est à moins de 30 minutes à pied, je zappe le métro et c’est parti pour une petit marche rapide
– j’accepte avec plaisir toutes les sorties qu’on me propose
– je suis bien plus efficace
– le moral est remonté au beau fixe !
 

Tout ça pour une pauvre petite carence en fer ! ‍ Si j’avais su avant !

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

Je vous raconte tout ça pour vous dire que si vous vous sentez complètement raplapla, envie de rien, grosse fatigue, pendant un bon moment, cela peut être dû à une carence que vous pourriez soigner très facilement.

Que vous soyez végétariens, végétaliens ou pas (les carences ne sont reservées aux végéta*iens, rappelons le !), si vous vous sentez mal pendant trop longtemps, faites un bilan sanguin !

Ne sous estimez pas le poids d’une carence ! Même une “simple” carence en fer peut avoir un réel impact sur votre vie.

Je me dis que j’aurais du aller voir mon médecin bien plus tôt, j’ai sincèrement l’impression d’être une nouvelle personne, juste en rechargeant mes stocks de fer…

Une anémie a beau être quelque chose de “commun”, ça reste un problème et c’est à ne pas négliger ! Alors au moindre doute, allez vérifier !

Je précise encore une fois que mon anémie n’est pas dûe à mon alimentation végétalienne, je suis anémiée depuis moultes années (Salut les règles abondantes ! Ha on ne parle pas de règles ici…? Pardon).

Et je précise aussi que les compléments alimentaires ne font pas tout. Depuis quelques semaines, je privilégie aussi au quotidien des aliments contenant du fer (spiruline, lentilles, persil, cresson, graines de citrouille, tofu, miso, germes de blé, noix, raisins secs, graines de tournesol, pignons de pin, épinards, figues séchées, avocat, betterave, etc.) car rien ne vaut les aliments bruts et non transformés pour avoir tous les apports 🙂

Comment je les intègre à mes assiettes au quotidien ? Avec mes tops recettes que vous pouvez retrouver dans mon ebook Végétal & Gourmandise : https://annesophiepasquet.fr/V&G

Dedans vous trouverez : 2 semaines de menus végétaliens équilibrés et une montagne de recettes pour enfin savoir ce que mangent les véganes et s’ils se régalent ou non (spoiler, la réponse est oui) 😉

En photo en haut de l’article : le gâteau que j’ai mangé un week-end à Mahalo – Hälsocafetet dont je ne me suis toujours pas remise tellement il était bon

Régalez-vous bien et surtout prenez soin de vous !

Des bisous véganes <3

Cet article vous à plu ? Epinglez-le sur Pinterest !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.