[Défi vegan] Faut-il être extrémiste ?

C’est un article réflexion que je vous propose aujourd’hui. Alors préparez-vous une bonne boisson chaude et installez-vous confortablement 🙂

Au fil des discussions que j’ai avec les gens sur le véganisme, je note certains sujets qui reviennent.

Alors j’ai entendu quelques fois que les vegan étaient totalement extrémistes, que c’était intenable d’être vegan, qu’on nous avait fait un lavage de cerveau et j’en passe… Mais j’entends aussi souvent un discours plus modéré comme “moi je suis plutôt pour un entre deux, diminuer ma consommation de viande, mais sans m’en priver complètement, sans devenir extrême.”

Du coup je me suis dit que ce serait intéressant de réfléchir ensemble (enfin moi toute seule avec mon clavier puis vous me répondez dans les commentaires, ça vous va ? 😁) à cette double question : doit-on se considérer “extrême” quand on est végane et si oui, est-ce bon de l’être ?

Je ramasse les copies dans 4 heures !

Bon plus sérieusement, j’ai toujours adoré la philo au lycée donc attendez-vous à un argumentaire thèse / antithèse / synthèse 😉

Être vegan veut-il dire être “extrême” ?

Dans un sens oui… Effectivement, quand on regarde la liste d’aliments que l’on refuse de manger (viande, poisson, crustacés, produits laitiers, oeufs, miel, etc.), ou la liste des matériaux qu’on refuse de porter (cuir, fourrure, laine, soie, etc.), c’est vrai que ça peut paraître extrême.
Pas tant dans sa longueur car au final il ne s’agit que de peu d’aliments si on compare à TOUS les aliments disponibles sur terre, mais plus dans le fait qu’il s’agit de nourriture que la plupart des gens consomment au quotidien.

D’autant plus quand on vit en France, où le patrimoine culinaire tourne beaucoup autour de la viande (ou éventuellement poisson pour “changer”) et du fromage… Donc forcément quand on annonce qu’on ne mangera plus tout ça, on déclare en quelque sorte que l’on renie le patrimoine français et ça, pour certains, c’est clairement extrême.

Surtout que la viande et le fromage notamment sont associés à la “bonne chair”, à la convivialité, au bon plat qu’on consomme en famille ou entre amis quand c’est un peu la fête. Alors quand nous, vegan (oui vous remarquerez que j’alterne entre “vegan” et “végane”, je ne me suis toujours pas décidée) on arrive avec nos gros sabots et on déclare qu’on refuse de “savourer un diner de “fête” composé de cadavre, de produits de souffrance, de viol et de vol d’enfants” (je grossis le trait hein vous l’aurez compris, c’est juste pour voir l’idée), forcément on plombe un peu l’ambiance…

Il faut ajouter aussi que lorsqu’on est vegan, en général, on a envie de convertir la terre entière… On en parle autour de nous, on expose le contenu de nos assiettes à qui veut l’entendre, on fait la morale aux omnivores, etc. Le tout de manière plus ou moins subtile… Je l’avoue, on en est tous coupables 😉

Enfin, en comparaison aux flexitariens, oui effectivement on est extrémistes puisqu’on choisit de ne jamais consommer des produits d’origine animale alors que eux, se l’autorisent quand “vraiment ils ont envie”…

Donc oui au yeux des autres, nous sommes extrémistes…

Mais quand on regarde de plus près, c’est un peu paradoxal… Car si on compare la liste des aliments dont on se passe à la liste des aliments qu’on continue de consommer, on est largement gagnant ! 

Personnellement je ne trouve en aucun cas extrémiste le fait de refuser la souffrance animale et donc de choisir de ne pas consommer certains types d’aliments. Et de décider de ne jamais les consommer tout simplement. Aliments qui sont en plus, pour la plupart, plutôt mauvais pour la santé… 

Mais il est vrai que pour beaucoup, nous sommes des tarés qui ne mangeons que des graines et des cailloux. En fait en réalité nous sommes des extrémistes de la bienveillance… C’est beau ça, non ?

Est-ce bénéfique d’être dans l’extreme ? 

Alors ok le constat est fait, oui nous les véganes, nous sommes extrémistes aux yeux de beaucoup de gens ! Bon on est bien avancés, mais on en fait quoi de ça ? Est-ce positif d’être extrémiste ?

Doit-on se calmer ?

Hé bien non je ne crois pas.

Autant je suis la première à encourager même les plus petites démarches, quand un de mes proches m’appelle pour me dire qu’au déjeuner, il a mangé un plat végétarien, je suis ravie, quand quelqu’un me dit avoir supprimé les produits laitiers mais continue de manger de la viande et du poisson, je le félicite quand même, etc. Et je trouve qu’être flexitarien c’est déjà mieux que rien ! Mais j’avoue que selon moi, si on a de vraies convictions, on les suit jusqu’au bout et pas à moitié…

Personnellement, j’y ai pensé, à devenir flexitarienne, histoire de pouvoir me faire un petit plaisir de temps en temps (même si pour certains le “de temps en temps” se transforme en “tous les jours”…), mais je ne pourrais pas en fait… Maintenant que je sais à quel point la production de viande, poisson, oeufs et produits laitiers implique des souffrances atroces, je ne pourrais pas me revendiquer végétalienne seulement 90% du temps et manger de la viande au restaurant ou chez des amis parce que “je n’ai pas le choix” (d’abord on a TOUJOURS le choix) ou que “j’en ai envie”… Sous prétexte de quoi ? Qu’au restaurant ou chez des amis la vache qu’on a tué pour fabriquer un steak n’a pas souffert…?

Je trouve que c’est assez illogique et incohérent… Donc je continuerai d’encourager les flexitariens car c’est déjà une belle démarche, mais selon moi, si on a de vraies convictions, on les suit au quotidien, pas quand ça nous arrange…

Ne me jetez pas des cailloux les flexi, je vous aime !
Mais oui selon moi, être vegan implique d’être extrémiste, si on est complètement logique… Et en plus, cela est selon moi bénéfique et voilà pourquoi.

Être 100% vegan (donc extrémiste) montre l’exemple.

Si vous êtes végétalien et que vous avez totalement arrêté de consommer des produits d’origine animale, vous avez sûrement constaté quelques changements alimentaires dans votre entourage n’est-ce pas…? Même sans avoir dit quoique ce soit, les gens sont forcément influencé par nous d’une manière ou d’une autre… 

Qui inspire les gens, même les plus récalcitrants, à réduire leur consommation de produits d’origine animale voir à devenir végétarien ou végétalien ?

Qui fait des actions coup de poing dans les abattoirs pour filmer l’horreur qui s’y passe ? Ou des mises en scène dans la rue pour dénoncer la souffrance animale ?
Que l’on adhère ou non à leur pratique, elle a le mérite de faire bouger les lignes…

Qui partage aux autres de délicieuses recettes végétaliennes ? 

Qui répond aux questions / accusations des plus sceptiques ?

Qui, simplement parfois en ne faisant rien d’autre que… manger et partager, attise la curiosité, l’intérêt et ouvre les esprits des autres ?

Je pense que vous connaissez la réponse… Les véganes !

Je ne dis pas que les végétariens ou les fléxitariens inspirent moins ! Entendons-nous ! Encore une fois ne me jetez pas des cailloux (on ne joue pas avec la nourriture). Bien sûr que pour certains, devenir flexitarien semble plus accessible et donne un meilleur exemple à suivre et je pense que si tout le monde devenait flexitarien, le monde se porterait déjà mieux. 

Je sais aussi que certains ont même peur des véganes et disent justement qu’ils ne pourraient jamais être comme eux, mais je continue de penser que c’est grâce aux gens un peu extrémistes que les choses bougent vraiment. Ce sont eux qui vont mettre en place des actions coups de poings, témoigner, etc.
Je ne dis pas que j’adhère à 100% aux actions mises en place par les associations et encore moins aux vegan qui cherchent à tout prix à convertir tout le monde par l’agressivité. Là c’est clairement non pour moi ! Je suis pour le respect et l’éducation plus que pour la force (on dirait un discours politique dis donc).

Mais grâce au discours “extrémistes” des vegan, les gens sont en général d’abord choqués, puis curieux, puis intéressés, puis parfois convaincus. Attention métaphore : selon moi c’est comme si on tirait un élastique, au début c’est inconfortable, les gens trouvent que ça va trop loin, que c’est n’importe quoi, on s’insurge, puis chacun va trouver sa nouvelle place sur l’élastique, certains vont suivre le mouvement à fond, d’autres vont rester récalcitrants et refuser de s’adapter et d’autres vont se mettre au milieu, c’est à dire réduire leur consommation sans aller dans l’extrême.

C’est grâce à des gens déterminés à 100% que les journaux télévisés diffusent de plus en plus d’images d’horreur filmées en abattoir ou de scènes de gavage d’oies ou encore d’élevage de poules… Et que donc, de plus en plus de gens refusent de consommer de la viande et produits dérivés des animaux.

C’est grâce à ces gens 100% convaincus, qui se fichent de l’avis des autres,
qui font tout ce qui est possible pour dénoncer ce qui doit l’être,
que les consciences s’éveillent.

Imaginez si les défenseurs du droit de vote pour les femmes s’étaient dit “non mais en fait on va leur permettre de voter qu’une fois sur deux, c’est mieux, tout le monde sera content comme ça”… Même chose pour l’abolition de l’esclavage “aller on leur donne leur week-end libre mais le reste du temps on les exploite un max !”… Ça n’aurait pas été la même chose… C’est grâce à leur conviction inébranlable et à leur détermination que les choses ont changé.

Voilà, vous avez maintenant mon avis sur la question. J’espère que j’ai réussi à retranscrire ma pensée et que vous aurez compris que je trouve chaque démarche louable et respectable et que toute démarche de réduction des produits d’origine animale est à encourager ! Cependant, ce qui fait vraiment bouger les choses, c’est d’y aller à fond !

Et vous, qu’en pensez-vous ?
Dites moi tout dans les commentaires ! 🙂

Articles associés

% commentaires (15)

TOUT d’accord avec toi. Le pire reste : être vegan c’est pas naturel … oui mais alors élever des bêtes les reproduire à outrance les entasser dans des enclos minuscules et les faire mourir dans d’atroces souffrances pour arriver dans ton Super U ca oui c’est naturel …..!!!!! Je te rejoins sur tous les points … une fois qu’on sait on ne peut revenir en arrière ….

Exactement !! Le monde marche sur la tête, on trouve totalement normal l’élevage intensif et on nous traite de fou quand on préfère manger des plantes 😉

Je suis parfaitement d’accord. Moi je m’attaque a la base de l’humanité quand la race humaine a évolué, certe, mais négativement. A partir du moment ou nous avons commencé a détruire la planète et faire souffrir et semer la mort parmi nos égaux, c’est a dire tout être vivant, les plantes y compris.

Je suis tout à fait d’accord avec toi, si l’on n’agit pas pleinement en accord avec ses convictions, finalement celles-ci n’ont que peu de sens…Mais est-ce que c’est être extrême ou simplement vivre en accord avec soi-même et refuser la souffrance des autres ?
En fait ce terme d’extrémiste m’énerve…comme si l’élevage intensif, la déforestation, la pollution et la souffrance que cela génère ce n’était pas ça l’extrémisme contre lequel il faut lutter…Argh !!
En tout cas bravo pour cet article 😉

Exactement, moi je ne considère en aucun cas extrémiste d’être vegan, pour moi c’est simplement suivre mes convictions 🙂 Alors que comme tu le dis, l’élevage intensif et tout ce qui en découle ça c’est extrémiste !! Merci à toi pour ton commentaire 🙂

Ce qui est extrême avant tout autre chose, c’est ce qui se passe dans les élevages, les industries de la laine et les abattoirs… Certainement pas le fait de manger des légumineuses, du tofu, des céréales,d es fruits, des oléagineux, du tofu, des vaigres burgers, du couscous végétal, des gâteaux, des cookies… sans lait ni beurre ni oeufs ahaha.
En tous cas merci pour ton article. Tu as tout à fait raison. On ne peut pas être vegan mou ou “tolérant” avec ceux qui continuent de manger de la viande en toute connaissance de cause, si l’on veut être cohérent et voir ce monde changer enfin.
C’est comme de demander à quelqu’un qui lutte contre l’oppression faite aux femmes d’être sympa avec des mecs qui battent leurs femmes.
Joyeuses fêtes 🙂

Désolée, je ne vois ton commentaire que maintenant, j’avais bu trop de champagne à Noël on dirait haha
Tu as raison, il faut être cohérent à un moment… Et si manger du tofu c’est être rebel et extrémiste alors je suis fière de l’être 😉

Bonjour Anne-So,
Je m’interesse à la question et d’ailleurs j’en ai une…
Les oeufs que je consomme sont produit par mes petites poulettes, qui sont installées confortablement dans le fond du jardin, peuvent gratter la terre en toute liberté et sont protégées par un abris qui se ferme automatiquement afin d’éviter toute attaque de prédateurs (et oui, nous avons investit pour leur sécurité après en avoir perdu plusieurs :-(…bref, tout ça pour dire que l’on essaie de tout faire pour le bonheur de nos poules. Et j’ajoute que nous les laissons vieillir et mourir tranquille, même lorsqu’elles ne produisent plus. (en fait, elles ont toujours produites jusqu’à leur mort (naturelle ou non : prédateurs, maladies).
On serait bien incapable de les tuer !!!

Dans ce contexte là, je respecte l’idée vegan de ne pas faire souffrir mes poules, donc les oeufs qu’elles produisent ne le sont pas par la souffrance.

Qu’en penses tu ?
Merci par avance pour ta réponse?

Virginie

[…] un sens je pense qu’être vegan est un peu extrême, je vous en parlais dans cet article : faut-il être extrémiste ? Forcément par rapport aux non vegan on passent pour des illuminés, des différents, qui ne font […]

Je comprends ton point vue. Je suis très sensible à l’esprit Vegan et je pense que refuser de porter de la laine n’est pas extrémiste, c’est logique. C’est le principe du Veganisme. Je ne suis pas complètement végétarienne mais j’y travaille et j’apprends tout doucement à modifier mon alimentation pour ne pas avoir de carences le jour où je serai totalement Vegan. J’achète encore des vêtements avec de la laine ou autre quand j’ai un doute sur la réalité de la présence réelle de laine ou de cuir dans le vêtements ou chaussures. Je suis capable de reconnaître au toucher si les indications de l’étiquette sont fausses et je suis certaine par exemple de n’avoir aucune chaussure en cuir et je ne me sens pas extrémiste, juste logique dans la démarche. J’admire ta ténacité et le temps que tu prends pour partager avec nous sur ce sujet car un Vegan ne se résume pas à sa façon de manger.

Merci beaucoup pour ton retour et de ton partage 🙂 Je suis d’accord avec toi, c’est une question de logique, pas être extrémiste, même si aux yeux de beaucoup de personnes ça l’est… mais je m’en fous haha !

Bonjour, c’est drôle parce que je viens de faire un rêve où mes professeurs exigeaient de moi que je tonde des moutons, puis que je les tue. J’étais avec d’autres amis, qui le faisait sans trop de scrupule, bien qu’un peu étonnés. J’étais à la fois désespéré et horrifié, parce que même la tonte se faisait avec une espèce de scie tournante, la même avec la quelle on les aurait découpés… J’essayais de convaincre les autres d’arrêter ça ou d’au moins ne pas aller plus loin que la tonte. Bref, ensuite je me suis réveillé et j’ai vu ton mail sur le manteau de laine. Drôle de coïncidence, surtout que ça faisait longtemps que je ne faisait pas un rêve de ce genre.
Je suis d’accord avec toi sur le fait d’être ferme quand il s’agit de militer. Par contre, je trouve qu’il y a quand même des situations où l’extrémisme n’a pas lieu d’être. Quelqu’un qui m’offre un pull en laine par exemple, je ne peux pas le jeter à la poubelle sous prétexte que je ne veux pas de souffrance animale. Ce pull a été acheté de toute façon, l’erreur a déjà été faite. Même raisonnement, si on m’offre à manger, je pense en particulier à certaines régions du tiers monde où ce serait insulter que de faire la fine bouche.
Par ailleurs, certain élevages sont fait dans le respect total des bêtes, nourris sans frais, et sont indispensables pour valoriser des zones pauvres et désertiques.
Bien à toi,
Giovanni

Tu fais peut-être des rêves prémonitoires 😉
Oui je suis d’accord avec toi pour le cas où on t’offre un pull en laine… Mais honnêtement, ça arrive tous les combien ? 😀
Pour la nourriture, je suis d’accord aussi, mais si on m’offre quelque chose avec de la viande, je refuserais quoiqu’il arrive.. :/ C’est également assez rare que ça m’arrive donc ça va.
C’est vrai qu’il existe des élevages respectueux, comme la marque Hircus malheureusement ils sont assez difficiles à trouver et il faut y mettre le prix. Là en l’occurrence j’avais vu ce manteau dans une grande chaîne de magasin qui se soucie peu du bien-être animal donc ça aurait été à l’encontre de mes valeurs 🙂

Il n’y a pas que des élevages intensifs de brebis pour produire de la laine. Il y a des éleveurs respectueux des animaux qui fabriquent du lait et du fromage.ce qui n’engendre pas de douleur ou de maltraitance animale.
Trop de laine sur le corps des brebis est néfaste à leur santé, d’où la tonte pratiquée pour leur bien être.
Quant au manteau qui te faisait de l’œil, la question à se poser est quelle provenance, quelle filière? La transparence n’est malheureusement pas de mise dans le commerce…
Acheter ce type d’article à des artisans locaux est sans doute la meilleure alternative, mais comme souvent dans ces cas-là, le prix à payer est plus conséquent.
Donc, je vais dans ton sens à priori, tu as bien fait de ne pas céder à la tentation. Dis-toi que le prochain sera beaucoup plus beau? 🙂

Bien sûr qu’il existe des élevages respectueux, mais il faut bien les chercher… En l’occurence là c’était dans une grande chaine de magasin qui fait des vêtements pas chers donc qui ne viennent surement pas d’un élevage respectueux… 🙂
Et dans tous les cas dans la plupart des élevages respectueux, les moutons sont un jour ou l’autre envoyés à l’abattoir donc la finalité est la même. Ce n’est pas le cas partout, je sais, mais ceux qui ne le font pas doivent se compter sur les doigts d’une main.
Tu as raison, je trouverais un manteau bien plus beau et plus éthique ! 😉
Bises !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.