[Défi vegan] Bilan un an de veganisme

On y est ! Voilà presque exactement un an que j’ai décidé de devenir végane. 

Ouhaou ! J’ai encore du mal à y croire. Je me souviens que quand j’ai pris cette décision (dont je vous parlais ici), j’ai lu beaucoup d’articles comme celui que je vous écris, sur des bilan après un an de véganisme et je me disais intérieurement “ouhaou un an, c’est énorme, ça me parait tellement loin, presque effrayant, surréaliste.” 

Pour être honnête je crois que j’avais peur de ne pas tenir un an. Même si c’était une vraie décision qui vient du coeur, j’avais quand même de l’appréhension. Il s’agissait quand même de remettre en question 29 ans d’habitudes alimentaires ! Je vous parlais d’ailleurs de mon ressenti dans le bilan des 3 mois.

Si aujourd’hui avoir une alimentation 100% végétale me semble totalement naturel et facile, je me souviens que j’étais autant effrayée qu’excitée quand j’ai pris la décision il y a un an.

Sur snapchat je vous ai demandé si vous aviez des questions particulières concernant ce bilan (si vous ne me suivez pas encore sur snapchat, voici mon pseudo : lecarnetdanneso, tout simplement 🙂 Venez, on est bien bien bien) et c’était intéressant d’avoir vos retours.

Je vais donc faire ce bilan sous forme de questions, venant de vous et de mon entourage, celles que j’entends le plus souvent, que je me posais il y a un an, etc. Et si vous avez encore des questions à la fin de l’article, posez les dans les commentaires, j’y répondrai avec plaisir 🙂

Et comptez sur moi pour vous donner de vraies réponses, pas celles qui font bien sur le papier. Ici je vous ai promis l’honnêteté. C’est parti !

le-carnet-danne-so-bilan-un-an-veganisme
Crédit photo : Chris Greenhow

Est-ce que je regrette ma décision ?

Pas le moins du monde. C’est probablement la meilleure décision de ma vie !

Est-ce que je l’ai regrettée certains jours ? Pour être honnête oui… Très peu de jours, mais certains jours oui, comme on regrette parfois de s’être inscrit à la salle de sport et qu’on souffre, à bout de souffle sur son vélo, mais qu’on sait qu’au final c’est bon pour nous, vous voyez le genre ?

Mais globalement, je suis ravie d’avoir pris cette décision. Ça m’a ouverte à tout un univers nouveau, de gourmandise, bienveillance, bien-être, santé, découvertes 🙂

Est-ce que cette année a été difficile ?

Globalement non, en tout cas beaucoup moins que ce que je pensais. Comme je le disais plus haut, j’avais peur de ne pas tenir. Je me disais que on verrait bien sur le long terme, que j’allais faire mon maximum et que je verrais bien si c’était tenable ou pas.

Il y a eu des moments plus difficiles durant l’année, des repas où je me retrouvais avec pas grand chose à manger, des moments où la tentation de remanger des produits animaux était vraiment trop forte et frustrante, mais globalement il y en a eu très peu. 

Mon entourage a toujours respecté ma décision et fait en sorte de me rendre la vie plus facile et de faire attention à ce que j’ai toujours à manger où que j’aille et pour ça je leur suis vraiment reconnaissante. C’était une de mes plus grosses craintes en fait : la réaction de mon entourage proche et moins proche.

Au début je n’osais pas dire que j’avais décidé de ne plus manger de produits d’origine animale… Et puis j’ai pris mon courage à deux mains et une de mes plus grandes surprises a été la bienveillance des autres. J’ai bien sûr eu droit à beaucoup de questions pendant ces 12 mois mais jamais de critiques virulentes.

Mes plus grosses surprises ? 

Je dirais qu’il y en a 3 : 

  • La réaction de mon entourage plutôt positive comme évoqué plus haut.
    Je crois qu’à partir du moment où on sait expliquer calmement sa décision et les motivations que l’on a, surtout sans culpabiliser les autres n’ayant pas fait les mêmes choix, ça passe très bien. 
  • La facilité à manger vegan un peu partout.
    Bon évidemment, dès que je peux, je vais dans des endroits 100% vegan ou au moins végétariens, donc c’est plus facile, mais durant cette année je suis allée assez souvent au restaurant, dans des endroits pas du tout vegan et dans plusieurs pays et à chaque fois j’ai pu trouver quelque chose à manger et me régaler. Il a parfois fallu demander au serveur de me préparer un plat non présent à la carte et même si j’ai eu droit à des têtes un peu paniquées du serveur au début, on ne me l’a jamais refusé. Et certaines fois les autres convives enviaient mon assiette qui avait l’air meilleure que la leur :p 
  • La facilité avec laquelle je suis devenue vegan.
    J’ai eu plusieurs petits “passage à vide” vers le milieu de l’année, où certains produits animaux me manquaient, certains plats notamment, où j’avais envie de pouvoir aller au restau et choisir n’importe quel plat sans me soucier de ce qu’il y avait dedans, mais ils sont vites passés et désormais je n’en ai plus. Et globalement ça a été plus facile que ce que je pensais.

Les facteurs de réussite ?

Le premier selon moi est d’avoir un vrai pourquoi.
Dans les moments de doute où de “faiblesse”, je me raccrochais à mon pourquoi, la raison pour laquelle j’étais devenue vegan. Et surtout, comme j’en parle déjà dans mon article sur l’importance de l’univers dans lequel on évolue, je me suis vraiment préparée un univers de réussite. 

Je consulte chaque jour du contenu sur le véganisme. Soit des vidéos / faits sur les souffrances animales où les bienfaits du veganisme sur la santé, quand j’ai des petits coups de mou / doute. Soit des recettes méga appétissantes et inspirantes, quand j’ai besoin juste d’un petit coup de boost.

Et honnêtement, il n’y pas une fois où, après ça j’ai vraiment eu envie de revenir en arrière. Une seule vidéo, un seul témoignage, une seule recette suffisent généralement à me rappeler pourquoi je fais ça et TOUS les bénéfices que cela apporte, non seulement à moi mais à l’environnement, aux animaux, etc.

Un autre facteur de réussite selon moi : rester flexible. 
Je respecte totalement ceux qui sont vraiment adeptes du 100% tout, zéro écart et zéro compromis, mais je pense que c’est une approche beaucoup plus difficile à adopter, surtout au début.
A l’inverse, je ne suis pas pour non plus se dire : “aller je suis vegan le lundi, mais le mardi j’avale un steak sauce roquefort, c’est pas grave”. Là non, il ne faut pas déconner ! Il faut être logique un peu…
Quand je parle de flexibilité c’est plutôt par exemple au restaurant, quand je vous disais que je trouvais toujours quelque chose de vegan à manger, c’est accepter parfois que certains légumes aient pu être cuits dans du beurre… C’est accepter que si le cuisiner s’est trompé et a mis des morceaux de fromage dans la salade, on les mets de côté et c’est tout. Ne pas faire tout un esclandre pour ça.

Je pars du principe que si j’ai fait mon maximum pour obtenir un plat vegan, c’est déjà énorme, mais que celui-ci arrive et contient une infime part de produits animaux, je fais mon possible pour les mettre de côté et c’est tout. L’important est de pouvoir profiter d’un bon moment avec mes proches tout en suivant mes convictions mais pas de manière psychorigide.

le-carnet-danne-so-bilan-un-an-veganisme
Crédit photo : Ray Hennessy

Ce que je ferais différemment ?

Je dirais sûrement : tester de nouvelles recettes. J’avoue qu’au début j’ai surtout cherché à remplacer la viande par du tofu ou du seitan, les yaourts par du yaourt au soja, etc. Et je n’ai pas trop cherché à faire de nouvelles recettes, essayer de nouvelles choses, alors qu’une fois que je m’y suis mise, c’était un vrai bonheur et ça m’a tellement aidé dans ma transition !

Est-ce que j’ai craqué ?

Oui. Je plaide coupable.

Pas pour de la viande, du poisson ou des oeufs, mais je vous en ai déjà parlé ici, il m’est arrivé de manger un bout de fromage plusieurs fois dans l’année. Le reste non, mais le fromage oui j’avoue, ça m’est arrivé. Rarement, peut-être 8 ou 10 fois dans l’année, mais je l’ai fait en conscience, sans m’auto-flageller après et en appréciant vraiment.

Jamais je n’en ai acheté moi-même et je n’ai pas cherché à faire ces “écarts”, mais quand j’en avais sous le nez et que la tentation était trop forte, je me l’autorisais.

Et c’est selon moi un facteur de réussite aussi, savoir s’écouter, se poser la question “Est-ce que j’en ai vraiment envie ? Est-ce que j’en connais les conséquences ? Est-ce que je vais le regretter ?” et en fonction, y aller ou pas. Encore une fois, il ne s’agit pas d’être vegan un jour sur deux (même si c’est déjà mieux que rien), mais juste de ne pas être complètement rigide avec soi-même.

Et niveau santé ?

Rien à déclarer ! J’ai fait des examens de sang il y a quelques semaines et tout va bien !

Mis à part un petit manque de fer et de vitamine D, mais qui me tiennent depuis des années et qui étaient déjà là avant de passer à une alimentation végétale.

Mon cholestérol est au top, le reste aussi. J’ai souvent des problèmes de bidon mais qui sont là aussi depuis des années… Je dirais que ce n’est ni mieux ni pire depuis que je suis vegan… que voulez-vous, mes petits intestins sont fragiles et capricieux et dès que je mange quelque chose qui ne leur plait pas, vive les crampes !

La question qui tue : est-ce que les produits d’origine animale me manque ?

Au quotidien, non pas du tout ! J’ai vraiment réappris à manger, totalement changé mes habitudes alimentaires et appris à remplacer ou substituer tous les produits d’origine animale. 

Au début j’avais vraiment besoin de remplacer les choses, maintenant j’ai juste réappris à manger différemment et j’adore ça ! Je suis beaucoup plus créative avec mes plats, c’est toujours plein de couleurs et (presque toujours) délicieux.

Je n’ai pas vraiment de manque, en tout cas quand je n’ai pas les aliments sous le nez, je n’y pense JAMAIS. Mais j’avoue que quand j’ai un pavé de saumon, une omelette ou un plateau de fromage sous le nez alors là oui, j’en ai parfois envie… 

Qu’est ce qui m’embête le plus dans ce mode de vie ?

Honnêtement ? Le manque d’options vegan un peu partout ! Même si ça se démocratise de plus en plus et que ce soit au supermarché ou au restaurant, on voit de plus en plus de possibilités de manger végétale, mais ça reste une minorité.

Ce qui m’énerve souvent c’est de me sentir un peu comme une paria, de devoir toujours faire un effort pour trouver des produits qui me conviennent, je ne peux pas juste prendre n’importe quoi au supermarché ou au restau, je dois toujours regarder ce qu’il y a dedans. 

Et vous n’imaginez pas les mauvaises surprise que j’ai pu avoir, la dernière en date : de la gélatine bovine dans des mousses au chocolat… Si si regardez dans les ingrédients de celle de La laitère, vous ne serez pas déçus… Je savais qu’elles n’étaient pas faites avec des oeufs (déjà on se pose pas une question là…? c’est pas un peu la base de la mousse…?) donc je me suis dit “tiens je vais regarder ce qu’ils mettent à la place c’est peut-être vegan…” Naïve que je suis… Non seulement les oeufs sont remplacés par de la crème (toujours plus de gras), mais en plus ils trouvent le moyen de rajouter de la gélatine bovine dedans… Voilà ça ça m’énerve !

Donc avis aux végétariens, faites attention, regardez bien tous les ingrédients de TOUS les produits…

Le fait de devoir me justifier ne m’agace pas vraiment car j’ai de moins en moins à le faire, tout le monde autour de moi sait que je suis vegan et les personnes nouvelles que je rencontrent se contente généralement d’une courte explication, donc ça, ça va.

le-carnet-danne-so-bilan-un-an-veganisme
Crédit photo : Toa Heftiba

Et maintenant ?

Est-ce que le défi vegan s’arrête ? Bien sûr que non ! 

On continue sur la même lancée, c’est une décision sur laquelle je ne pense pas revenir un jour. Je ne sais pas de quoi demain sera fait, mais si je le peux, je resterai vegan toute ma vie.

Prochaine étape : m’attaquer à mon dressing et mes cosmétiques. J’ai déjà bien commencé et je n’achète plus de cuir / fourrure / laine, etc. Et je privilégie les produits dont je suis sûre qu’ils n’ont pas été testé sur les animaux, mais j’ai encore beaucoup de recherches à faire sur le sujet.

Donc cette année attendez-vous à voir sur le blog de nouveaux articles avec pour thème non seulement l’alimentation vegan mais aussi les vêtements et cosmétiques 🙂 

Voilà pour ce bilan, j’espère qu’il vous a plu, vous avez d’autres questions ?
N’hésitez pas à me dire si vous avez d’autres questions dans les commentaires !

Articles associés

% commentaires (4)

Un grand bravo pour ton parcours ! Et c’est vraiment super d’avoir trouvé du soutien dans ta famille 🙂 Mon seul véritable problème actuellement est de trouver des chaussures véganes qui m’aillent, mais je persiste !

J’avoue que ça c’est pas évident, mais il y a de plus en plus de chouettes marques qui en proposent des vraiment canons 🙂

Hey ! Je viens de découvrir ton blog et j’adore ta façon de t’exprimer. Ca fait 1 an que je suis devenue vegan aussi (d’ailleurs je n’arrive pas à voir de quand date ton article) et je me suis vraiment retrouver dans ton expérience et ta façon de vivre en tant que vegan. Ton article sur le fait de vivre avec une personne omnivore m’a aussi totalement fait echo avec mon histoire et mon cheri !
Au plaisir de lire un nouvel article 🙂

Bonjour à toi et merci pour tes gentils mots 🙂 🙂 Je suis ravie que le contenu du blog te plaise 🙂 N’hésite pas si tu as des questions ou des envies particulières pour les prochains articles !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.