[Podcast] Être vegan et en pleine santé – Interview d’une nutritionniste

Hier, j’ai eu le plaisir et le privilège d’interviewer Cindy Billet, nutritionniste-diététicienne et lui poser plein de questions sur lesquelles il est je pense intéressant d’avoir un avis d’expert.

Cindy connait bien son sujet, elle a non seulement étudier la diététique “classique” mais s’est aussi formée à la nutrition végétalienne et connait toutes les astuces pour être vegan et en bonne santé

Vous pouvez écouter le podcast en live en cliquant sur le bouton Play en haut de l’article, ou téléchargez le mp3 en cliquant sur ce lien.

NB : je l’avoue, le son est très mauvais lorsque Cindy parle, la technique n’était pas de notre côté ce jour-là, toutes mes excuses… Ne me détestez pas si vous n’arrivez pas à écouter convenablement :/

Mais comme je suis sympa, je vous ai préparé la retranscription écrite de l’interview pour que vous puissiez bénéficier de l’expertise de Cindy.

Alors sit back, relax and enjoy 😉

Vegan en bonne sante

Être vegan et en pleine santé !
Interview de Cindy Billet, nutritionniste

Anne-So : Bonjour à toi Cindy, tu es donc diététicienne-nutritionniste et végétalienne, est-ce que tu pourrais te présenter un peu et nous expliquer pourquoi tu es devenue végétalienne, quelles ont été tes raisons et tes motivations ?

Cindy : Oui, je suis diététicienne dans un magasin bio et en libéral et je suis devenue végétalienne surtout pour des raisons de santé, pour prouver un peu que c’est possible de réduire la viande et les produits laitiers tout en étant en bonne santé. C’est pendant mes études que je suis devenue végane, parce que mes études de diététique étaient très basées sur le fait de manger beaucoup de viande et de produits laitiers pour rester en bonne santé et ça m’a bien énervée de voir que les lobbies étaient bien incrustés dans les études et du coup par esprit de contradiction, j’ai voulu prouver que c’est possible, qu’on peut être en très bonne santé, voir mieux.

Anne-So : Ok, donc ça fait combien de temps que tu es végétalienne ?

Cindy : Ça va faire trois ans et demi.

Anne-So : Trois ans et demi ! Donc tu as déjà une bonne petite expérience dans le domaine j’imagine. Et quels conseils justement tu pourrais donner à quelqu’un qui souhaite tendre vers l’alimentation végétale, donc végétalienne et qui ne sait pas par où commencer ?

Cindy : Alors déjà, ne pas faire l’erreur de manger comme avant mais en enlevant juste la viande et les produits laitiers, parce que du coup on aurait une alimentation carencée forcément, on enlève des groupes d’aliments sans rien changer. Ça c’est une grosse erreur.
Une autre erreur est de ne pas varier, il faut vraiment varier, varier, varier, ne pas hésiter à gouter de nouvelles choses, prendre des aliments qu’on pensait interdits comme les graines oléagineuses, les amandes, etc. Voilà, ne pas les oublier, quotidiennement. 

Les oléagineux sont vos amis

Anne-So : Oui c’est vrai que tu recommandes ça, parce que souvent on a tendance à se limiter, à se dire que c’est gras, qu’on va en manger juste quelques unes par jour et c’est tout, toi tu conseilles de se faire plaisir et de ne pas hésiter à en manger, même en quantité on va dire conséquente ?

Cindy : Oui, vraiment pour les véganes, c’est vraiment très très important, jusqu’à 200 grammes sans souci par jour. Donc tout confondu, graines de lin, graines de chia, même moulues parfois, purée d’oléagineux, beurre de cacahuète, purée d’amande, tout ça, tout confondu, à peu près 200 grammes par jour, on y arrive facilement. Et pour avoir la dose de protéines, de minéraux et de matières grasses saines, c’est vraiment top on peut aller jusqu’à 200 grammes sans aucun souci.

Anne-So : Ok, parce que du coup les oléagineux, sous différentes formes, sont forts en protéines et en bons minéraux et en bon gras, c’est ça ?

Cindy : Oui !
Alors après, je conseillerai d’éviter les plats tout préparés pour vegan, c’est bien ça dépanne, mais il ne faut pas en prendre à chaque repas parce qu’on observe des vegan qui prennent du poids avec ça. Donc ne pas prendre trop de produits industriels, juste de temps en temps, mais sinon privilégier de temps en temps du tofu ou du seitan pur, c’est à dire qu’on cuisine nous-même. 

Anne-So : Et par quoi tu conseillerais de remplacer, on va dire, pour quelqu’un qui aurait besoin de remplacer, au moins au début, parce que je sais qu’au début on peut avoir tendance à pas tout de suite aller vers de nouveaux ingrédients, etc. on peut avoir envie pour le coup de tout remplacer pour se rassurer un peu et se dire « c’est bon, je peux continuer à manger » ; par quoi tu conseillerais de remplacer on va dire les principaux produits animaux ?

Cindy : Tout ce qui est viande, je conseillerais de remplacer par du seitan et du tofu, à varier, à alterner, mais pas à tout les repas, juste une fois par jour, alterner seitan et tofu. Ça c’est pour la viande, pour les produits laitiers ce sera avec les graines oléagineuses, donc soit des fromages, car oui on peut faire du fromage quand même, avec des noix de cajous mixées ou ce genre de chose. Et sinon des yaourts au soja ou il existe aussi des yaourts au lait de coco qui sont très bons. Il ne faut pas hésiter à diversifier, il y a aussi au lait de riz. Et après, le lait classique, bien sûr par des laits végétaux, il y a une grande variété : le lait de riz est le plus apprécié parce qu’il est assez neutre. Bref, on peut découvrir de nouvelles saveurs à chaque pack de lait !

Le manque de protéines, mythe ou réalité ?

Anne-So : On met souvent en garde les végétaliens sur le risque du manque de protéines, c’est vrai que la première réaction des gens généralement, déjà quand on arrête la viande et ensuite les autres produits d’origine animale, les gens disent « mais tu vas manquer de protéines, tu vas être tout faible, tu ne vas plus avoir d’énergie ». Qu’est-ce que tu en penses toi justement de ce sujet ?

Cindy : Je pense que les protéines, ce n’est pas du tout le nutriment « à risque », parce que si on prend les graines oléagineuses, comme je l’ai dit, un peu tous les jours et une portion de tofu ou de seitan, on a largement sa dose de protéines par jour idéale. Il faut savoir que les protéines, il ne nous en faut pas tant que ça, il nous en faut à peu près 0,8 grammes par kilo voir 1 gramme par kilo, donc à peu près 50 grammes par jour et donc c’est couvert par les 200 grammes d’amandes. Enfin d’amandes ou d’oléagineux.

Faut-il avoir peur du soja ?

Anne-So : Oui ça regroupe tous les oléagineux. D’accord.
Et justement en parlant de tofu, parce que le tofu c’est fait à base de soja et il y a aussi un peu cette psychose autour du soja, on dit que ce n’est pas bon pour la santé d’en abuser, voir d’en manger même un tout petit peu, certains disent que même en quantité très minime, ce n’est pas bon. Qu’est-ce que tu en penses, est-ce que c’est vraiment dangereux pour la santé, est-ce qu’il vaut mieux limiter, enfin que faut-il croire ?

Cindy : Alors je pense qu’il y a eu beaucoup de polémiques liées à l’industrie laitière qui a eu peur de voir ses parts de marchés disparaîtrent, car la seule étude en France qui a démontré que le soja était néfaste a été faite par une femme de l’industrie laitière, donc il faut faire attention sur cette information. Je pense que le soja, comme tous les aliments pris en excès, est néfaste effectivement, c’est vrai qu’on peut en prendre énormément du soja si on ne fait pas attention : du lait de soja le matin, un yaourt au soja, du tofu, dans la journée ça peut faire jusqu’à 500 grammes ou 600 grammes de soja et ça c’est vrai que ce n’est pas bien.
Mais aussi il faut savoir que nous avons des organismes occidentaux et on est habitués à ne prendre du soja que depuis quelques années, depuis moins d’un siècle. Le soja a été introduit il y n’y a pas longtemps. Mais pour les organismes asiatiques qui sont habitués depuis des millénaires, il y a une meilleure tolérance. Donc il faut faire attention à sa biologie et au soja a prendre, il faut éviter le lait de soja pur car il n’apporte pas grand chose, il vaut mieux prendre du lait de riz. Sinon il faut prendre le soja sous forme fermentée. Donc les yaourts au soja son biens, dans l’idéal, prendre aussi du tofu lactofermenté, qui existe et qui permet en fait d’enlever les hormones qui font toute cette polémique autour du soja, car la fermentation enlève les phyto-oestrogènes qui reproduisent les hormones féminines.

Anne-So : D’accord, en plus il est meilleur, moi je trouve personnellement qu’il a un gout bien meilleur, donc il faut prendre le tofu LACTOFERMENTE.

Cindy : Il y en a un nouveau qui vient de sortir en plus ! J’ai hâte de le gouter. 

Anne-So : C’est vrai ? A quelle goût ? Nature ? 

Cindy : Non, aux baies rouges. 

Amandes

Vegan = carences ?

Anne-So : Pas mal, je note, je le guetterai dans mon magasin bio.
Il y a une autre polémique autour des végétariens et surtout des végétaliens, c’est évidemment les carences. C’est un peu le mot diabolique, on dit que quand on est végétalien, on va forcément avoir des carences, que ce soit en fer, en calcium, en vitamine D, vitamine B12, en iode, enfin en tout. Qu’est-ce que tu en penses et comment tu conseillerais de s’alimenter pour justement éviter les carences ? Pour être sûrs d’avoir une alimentation saine et équilibrée en vitamines et minéraux.

Cindy : Pour les vitamines et minéraux, dont le fer par exemple, c’est un problème pour tout le monde, pas que pour les régimes végétariens et végétaliens, il faut prendre beaucoup de fruits séchés, les figues sèches, ça en contient énormément. Les lentilles oui, aussi, mais ce n’est pas le mieux absorbé. Sinon pour le fer il ne faut pas hésiter à se supplémenter, si on a du mal à prendre beaucoup de fruits séchés, il ne faut pas diaboliser la supplémentation. En France, on aime pas du tout, mais il faut savoir que nos fruits et nos légumes sont beaucoup plus pauvres qu’il y a 50 ans et que malheureusement, il faut manger plus de fruits et légumes pour avoir tous les minéraux et vitamines. Mais le fer est assez facile à trouver, avec beaucoup de fruits séchés, au gouter.

Anne-So : Et je crois qu’il y en a même dans les fèves de cacao, non ? 

Cindy : Oui !

Anne-So : Ha ça c’est une bonne nouvelle !

Cindy : Oui il y en a dans le cacao et encore plus dans les fèves de cacao CRU. Dans les cuites il y en a autant mais il est moins bien absorbé alors que les crues sont fermentées et cela permet de mieux absorber le fer qui est dedans. Il faut savoir que le fer est moins bien absorbé quand on prend des produits laitiers, donc pour les végétariens, il y a plus de chances d’être carencés que les véganes, car le calcium laitier empêche l’absorption du fer. Donc le problème du fer c’est surtout pour les végétariens mais pas vraiment pour les véganes au final.

Anne-So : D’accord, c’est bon à savoir parce que oui souvent c’est plutôt l’inverse qui est dit.

Cindy : En plus les véganes prennent du calcium végétal, qui est mieux absorbé que le calcium laitier et bloque moins l’absorption du fer. Donc c’est plutôt une bonne nouvelle.

Anne-So : Donc du coup même en termes de calcium quand on est végane on a pas de risques d’en manquer ?

Cindy : Non. Ça c’est parce que l’industrie laitière a voulu transporter l’idée que la seule source de calcium pour les humains était le lait, alors que pas du tout, la meilleure source de calcium ce sont les légumes verts. Après il y en a aussi dans tout ce qui est graines oléagineuses.

Anne-So : Elles ont vraiment tout bon les graines oléagineuses !

Cindy : Oui ! Et le mieux absorbé ce sera dans les salades, dans les choux, le chou c’est top pour le calcium. Et autre chose pour le fer que je n’ai pas dit, c’est important de l’associer à de la vitamine C. Quand on prend des fruits séchés, c’est bien de prendre une source de vitamine C avec donc soit un fruit frais ou si on prend des lentilles, c’est bien d’avoir une petite entrée crue. Car la vitamine C se trouve dans tout ce qui est cru. Ça permet d’optimiser son absorption.
Le minéral qu’on oublie très souvent parce qu’on parle tellement du fer et du calcium à cause des industriels, c’est l’iode, qui est vraiment un problème car elle est souvent négligée et l’iode est très importante, elle permet le bon fonctionnement de la thyroïde, donc ça permet vraiment une régulation générale du corps, ça permet de réguler la bonne température, nos humeurs, nos hormones en générale. Et pour les femmes enceintes ça permet un bon développement du foetus et d’éviter les fausses couches. Et on le trouve uniquement dans les algues, pour les véganes, donc c’est très important de prendre des algues au moins une fois par semaine. Alors je sais que pour les « jeunes » véganes, c’est à dire les véganes récents, ça peut être un peu dur les algues et du coup la solution c’est de prendre du tartare d’algues, parce que là on ne sent pas du tout le goût très iodé, on a pas l’impression de manger des produits de la mer. On peut s’en faire une tartinade sur du pain, c’est très agréable.

Anne-So : Oui c’est vrai que j’ai gouté et c’est très bon, on a pas l’impression de manger des algues, ça a un petit goût citronné.

Cindy : Oui voilà c’est très bon et on peut en prendre au moins une fois par semaine.

Anne-So : D’accord. Effectivement c’est bon à savoir parce qu’on en parle jamais quasiment.

Cindy : Et oui, on n’en parle pas parce qu’il n’y a pas de lobbying derrière, mais selon moi c’est très important. Et donc bien sûr, la B12.

Parlons B12

Anne-So : La fameuse B12 !

Cindy : Oui, il faut en parler un petit peu de la B12. Officiellement il faut se supplémenter, tous les véganes doivent se supplémenter en B12 parce que officiellement elle ne se trouve que dans les produits d’origine animale, donc viande, lait, oeuf. Par sécurité, au niveau de l’Organisation Mondiale de la Santé, il vaut mieux se supplémenter. C’est pas très contraignant car on peut prendre un supplément une fois par semaine et ça suffit parce que c’est une vitamine stockée.
Il y a des études en ce moment qui sont menées qui cherchent à savoir si dans les produits fermentés il y en aurait. Donc tout ce qui est kombucha, tofu lactofermenté, etc. Parce que la B12 est uniquement produite par les bactéries. C’est comme ça que ça se retrouve dans le lait de la vache, parce qu’elle mange de l’herbe avec plein de bactéries et du coup il y a de la B12 et nous a cause de notre système trop stérilisé, notre alimentation est tellement stérile, donc on ne mange plus d’aliments qui contiennent des bactéries au final. C’est à cause de cela qu’on a besoin de B12 animale en fait. Du coup soit on ne lave pas sa salade, soit on prend des suppléments en attendant de savoir s’il y en a ailleurs. 

Anne-So : Oui, dans le doute il vaut mieux en prendre.

Cindy : Les études sont encore en cours donc on peut pas parier sur ça pour l’instant. 

Faut-il prendre des compléments alimentaires ?

Anne-So : Oui pour l’instant c’est au stade d’étude. Mais c’est vrai que comme tu le disais en France on a un peu cette peur au sujet des compléments alimentaires, on considère qu’on est pas censé en prendre et qu’à partir du moment où on mange équilibré on a tout ce qu’il faut alors que comme tu dis, c’est pas forcément une mauvaise chose et ça peut être en supplément du fait de déjà avoir une alimentation variée et équilibrée mais de prendre aussi des fois des compléments parce que la nourriture maintenant n’est plus la même qu’il y a 50 ans.

Cindy : C’est clair, parce qu’il faut savoir qu’avec l’hyper agriculture pour nourrir tout le monde et pour aussi nourrir le bétail, les champs sont exploités au maximum et du coup les terres sont appauvries en minéraux et vitamines. Et après pour la B12, on dit souvent « mais ceux il y a longtemps qui étaient véganes (naturels), comment ils faisaient ? », et bien en fait avant on ne stérilisait pas les aliments, aujourd’hui on mange des aliments morts, tous les aliments stérilisés sont morts en fait. Avant on avait ses salades et ses carottes dans son jardin, et on ne les désinfectait pas à l’eau de javel, ils étaient juste frottés avec une brosse et mangés comme ça et donc ils contenaient de bonnes bactéries et donc de la B12. C’est comme ça qu’avant on obtenait la B12 de manière naturelle. Aujourd’hui quand on achète des carottes elles sont lavées elles sont frottées et il n’y a plus rien. 

Anne-So : Oui c’est vrai que c’est intéressant ça de voir qu’en quelques années, la façon dont on produit a complètement changé.

Cindy : Oui et ça explique aussi pourquoi on a besoin de suppléments, les gens ne comprennent pas comment c’était avant mais c’est à cause de l’univers de l’hyper industrialisation qui fait qu’aujourd’hui les aliments deviennent très appauvris donc il faut se supplémenter. Mais dans d’autres pays, même en Allemagne, où le veganisme est très développé, les compléments ne sont pas du tout diabolisés là bas, c’est très courant de prendre des compléments parce que c’est rentré dans les moeurs.

Anne-So : Et certaines personnes disent que si on mange bio, on a pas besoin justement de suppléments parce qu’il y a beaucoup moins de pesticides, etc. Qu’est-ce que tu en penses ?

Cindy : Je pense qu’on n’a pas forcément besoin de compléments, enfin à part la B12 comme j’ai dit et des fois le fer, surtout certaines femmes qui doivent en prendre, mais en soi on n’en a pas forcément besoin. Mais il faut savoir que tous les sols sont appauvris en général, sur l’ensemble du territoire. Avant on ne plantait que des petites salades, sur un endroit, aujourd’hui, les champs sont optimisés au maximum, ils ne sont pas du tout laissés en abandon de temps en temps. 

Anne-So : Oui donc ce n’est pas seulement une histoire de pesticides etc. c’est aussi le fait qu’effectivement les sols sont beaucoup appauvris.

Cindy : Oui ça c’est le problème à la base, mais effectivement on a quand même plus de minéraux quand on mange bio, on en a un peu plus, mais quand même beaucoup moins qu’il y a 100 ans. Mais l’avantage du bio c’est surtout les pesticides enfin l’absence de pesticides.

Omégas 6 et omégas 3

Anne-So : Oui voilà, éviter d’absorber quand même des choses pas terribles pour le corps, c’est quand même bien de manger bio, on est d’accord !
Il y a un truc que je voulais voir aussi, au sujet des omégas, parce que je sais qu’il y a aussi ce sujet : les omégas 6 et les omégas 3 et c’est vrai qu’on peut se retrouver un peu perdu par rapport à ça et qu’est-ce que tu conseilles en termes d’équilibre, en terme d’aliments à privilégier ?

Cindy : Alors pour les lipides, les bons lipides, l’avantage c’est que dans une alimentation végane, on a très peu de mauvais gras, à part si on prend beaucoup de produits industriels où il y a beaucoup d’huile de palme, mais il faut bien faire attention à équilibrer les bons gras, donc les omégas 3 et les omégas 6. Dans l’alimentation actuelle on a tendance à prendre trop d’omégas 6 avec l’huile d’olive. Alors c’est super bien, mais en fait avec tous les bénéfices qui sont sortis au grand jour, on ne prend que de l’huile d’olive et l’inconvénient est qu’elle est très riche en omégas 6 et très pauvre en omégas 3 et pour l’alimentation végane, les omégas 3 se trouvent donc dans le lin, donc soit de l’huile ou des graines de lin, dans les noix aussi, donc l’huile ou les noix entières, on en trouvent aussi dans l’huile de colza, l’huile de cameline et l’huile de chanvre. Ça se sont les meilleures huiles pour avoir des omégas 3 et omégas 6 en bon équilibre. 

Anne-So : Alors l’idée c’est peut-être d’en avoir plusieurs différentes et du coup d’alterner selon les jours ?

Cindy : Oui, soit alterner de temps en temps, mais ça peut être difficile pour des personnes qui sont récemment devenues véganes car on a pas toujours envie d’avoir autant d’huile et ne pas savoir laquelle utiliser, etc. Ça peut être compliqué. Mais ce qui existe et qui est vraiment très bien, uniquement en magasin bio, ce sont des mélanges d’huiles vierges. Donc ça permet d’avoir plusieurs huiles, des fois 5 huiles différentes réunies en une mais toutes vierges, parce que dans les supermarchés, on trouve des mélanges mais elles ne sont pas vierges donc ça ne vaut rien au niveau des nutriments.

Anne-So : Oui elles ont été chauffées, si elles ne sont pas vierges et du coup les nutriments sont partis.

Cindy : Oui, les omégas 3 ne supportent pas du tout la chaleur, donc ce sont des huiles à prendre à froid, dans une salade, en assaisonnement.

Anne-So : D’accord, pas pour la cuisson.

Cindy : Non pas pour la cuisson. Mais quand on fait une purée on peut aussi y ajouter une cuillère à soupe d’huile, elle ne sera pas cuite et ça permet quand même d’assaisonner. Pour vérifier, il faut regarder le rapport omégas 3 sur omégas 6 et il faut que le rapport soit idéalement de 1/1 c’est à dire autant d’omégas 3 que d’omégas 6 et il ne faut pas que ça dépasse 1/5. 

Anne-So : Et ça on le sait comment ? Par rapport à notre consommation ?

Cindy : C’est marqué sur les bouteilles d’huiles, l’idéal est d’avoir des huiles où le rapport omégas 3 sur omégas 6 est autour de 2 ou 3 sur 5. Et si on a un rapport omégas 3 omégas 6 de 1 sur 10, là ça ne sert à rien. 

Anne-So : D’accord. Je ne savais même pas que c’était écrit sur les bouteilles, je regarderais !

Cindy: Le rapport non, mais la contenance oui car maintenant ils savent que c’est important, donc il est mis en avant. Parce que si on n’a pas ce bon équilibre, les omégas 3 ne sont pas utilisés par le corps. Et les omégas 3 permettent de faire toutes les cellules du corps déjà, ils sont contenus dans toutes les membranes des cellules, mais ça permet aussi la bonne cicatrisation, donc après qu’on se soit ouverts ou après une opération et ça permet aussi la bonne mémoire. 

Anne-So : D’accord, donc c’est important quand même ! On en a complètement besoin. 

Cindy : Et oui ! Mais les mélanges sinon, pour les personnes qui veulent utiliser les mélanges, sont vraiment très bien faits. Ça s’appelle soit « mélange salade » ou « Oméga + » et le rapport est très bien équilibré.

Anne-So : OK ! Et ça permet de ne pas avoir 5 bouteilles d’huiles différentes chez soi et déjà commencer avec ça, c’est pas mal. 

Cindy : Oui voilà, les grands amateurs d’huiles aiment bien avoir plein d’huiles différentes, mais pour ceux qui ne veulent pas se prendre la tête…

Anne-So : Oui au moins on sait quoi acheter, ça fait un bon début. 

huile

Les huiles sont vos amies aussi

Cindy : Voilà. Et cette huile là, il ne faut pas culpabiliser d’en prendre, on peut en prendre 2 cuillères à soupe par jour. 

Anne-So : D’accord. C’est vrai qu’on a souvent tendance à diaboliser aussi un peu le gras mais là on peut y aller. 

Cindy : Oui mais alors dans le gras végétal, donc le bon gras, les huiles végétales à limiter sont l’huile de palme bien sûr, l’huile de coco et l’huile de cacao. Ce sont trois huiles qu’on peut prendre, enfin l’huile de palme, il faut faire attention quand même, elle est vraiment néfaste, mais l’huile de coco et de cacao sont bonnes pour la santé mais en petites quantités. De l’ordre d’une cuillère à café, pas plus. 

Anne-So : D’accord, il vaut mieux privilégier les autres.

Cindy : Oui. Elles sont quand même bonnes pour la santé, l’huile de coco notamment a plein de vertus pour le cerveau, dans la prévention de la maladie d’Alzeimher mais c’est une cuillère à café par jour. 

Anne-So : Ok. C’est bon à savoir, de connaître les doses.

Cindy : Voilà. Par contre les autres huiles, celles riches en omégas 3 et omégas 6 ne sont pas stockées dans le corps, elles sont utilisées pour construire toutes les cellules du corps, donc ça on peut en prendre énormément et on ne grossira pas en fait. 

Anne-So : Ok, on peut y aller, on peut se mettre la vinaigrette sur la salade, il n’y a pas de problème !

Cindy : Voilà ! Par contre les huiles, toujours au frais ! A conserver au frais. 

Anne-So : Alors oui effectivement, j’ai entendu ça, il vaut mieux garder ses bouteilles d’huiles au frigo ?

Cindy : Oui. Parce que comme je l’ai dit, les omégas 3 sont très sensibles à la chaleur et même à température ambiante, elles se détériorent 

Anne-So : D’accord, et bien écoute c’est bon à savoir, je n’y aurais jamais pensé. Dans la porte du frigo par exemple ?

Cindy : Voilà ! Toujours, c’est une habitude, il faut vraiment que toutes les huiles soient au frigo, même la coco.

Anne-So : Ha oui, même la coco. Et par contre comment tu fais, parce que moi une fois je l’ai fait avec ma bouteille d’huile d’olive et du coup elle s’est solidifiée, donc après comment tu fais ? On la sort un peu avant de l’utiliser ?

Cindy : Oui, celles qui sont riches en omégas 3, les mélanges pour salade par exemple ne vont absolument pas se solidifier, par contre l’huile qui contient des omégas 6, forcément elle se solidifie un peu plus, notamment l’huile d’olive. C’est justement un bon moyen de savoir : plus elles restent liquides, plus elles contiennent d’omégas 3.

Anne-So : Ha intéressant !

Cindy : Donc l’huile d’olive se solidifie un peu, mais après elle devient comme une pâte épaisse donc tu peux la sortir un peu avant, mais sinon, elle coulera quand même. 

Anne-So : Oui. Mais c’est bon à savoir, j’irais acheter d’autres huiles et je verrais si elles solidifient ou pas au frigo. Si elles solidifient pas, c’est bon, je peux y aller !

Cindy : Oui !

Anne-So : Est-ce qu’il a une chose que j’aurais oublié de te demander, une chose à laquelle tu penses qui est importante quand on devient vegan, à faire attention ?

Cindy : On parlait de vinaigrette justement, on peut parler du vinaigre. Le meilleur vinaigre à prendre c’est le vinaigre de cidre, qui va permettre une bonne absorption des minéraux justement. Ça va rendre très biodisponible (donc assimilable par le corps) le fer, le calcium, le zinc et le magnésium, tous ces minéraux. Ça va les rendre très absorbables et plus utilisables par le corps. Et c’est le seul vinaigre à faire ça !

Anne-So : C’est bon à savoir, moi j’étais plutôt vinaigre balsamique, donc je vais changer.

Cindy : Oui le vinaigre balsamique il est bon, mais en fait il est très agressif pour l’estomac et il aide pas autant que le vinaigre de cidre, il n’a pas les mêmes vertus. 

Un livre de référence

Anne-So : Alors moi j’adore lire, essayer toujours d’apprendre un peu plus, est-ce que tu aurais, un livre ou un documentaire qui t’a marqué et qui pourrait apporter pas mal de choses si on est récemment devenu végane, ou qu’on souhaite le devenir ?

Cindy : Oui ! J’aime beaucoup le livre et donc le film qui est associé, c’est l’avantage si on est pas trop lecture, on peut voir le film : le livre c’est l’enquête Campbell, qui est vraiment très bien, il prône une alimentation parfaite, c’est à dire une alimentation végane mais avec uniquement des produits non transformés, il explique comment faire, c’est génial. Et le film qui est associé à son travail, c’est « La santé dans l’assiette ».

Anne-So : Ok ! Je mettrais les références sur la page, l’enquête Campbell ça fait partie de mes futures lectures, tout le monde en parle et c’est vrai que ça a l’air d’être vraiment une bible en termes de nutrition, et je ne savais pas qu’il y avait un film associé, donc c’est intéressant aussi, pour avoir différents formats, si on a pas envie de se taper le gros bouquin qui est quand même assez conséquent. 

Cindy : Oui et puis le livre est assez difficile, parce qu’il met vraiment en avant ses études scientifiques, donc c’est un peu dur à lire quand même. Mais c’est très intéressant. Et après pour aller plus loin, quand on est déjà végane par exemple, et qu’on veut améliorer sa santé, il y a les travaux de France Gillain, elle a écrit beaucoup de livres dont « la méthode France Gillain ».

Anne-So : C’est elle qui donne notamment la recette du miam-ô-fruits ?

Cindy : Voilà ! Et ça c’est un très bon petit-dej pour les véganes, et pour justement prendre le mélange d’huiles dont j’ai parlé en équilibrant les omégas 3 et omégas 6. Après elle parle d’autres méthodes pour améliorer sa santé en général, et ça convient très bien.

Anne-So : Super, je note aussi sur ma liste de lectures. Et bien écoute merci beaucoup Cindy, pour toutes ces infos, moi j’ai appris plein de choses, même si j’avais déjà assisté à une de tes conférences, j’ai appris encore de nouvelles choses donc c’est génial. Et pour les personnes qui voudraient te suivre peuvent te retrouver sur ton site qui s’appelle Ma-diet-ethique

Cindy : Oui et je fais aussi des articles sur Facebook un peu, quand je trouve le temps. Sur la page facebook associé au site. 

Anne-So : Ok ! Merci à toi pour tout ça, moi je vais aller faire un tour dans mon magasin bio pour acheter ce qu’il me manque.

Cindy : Merci à toi !

Anne-So : Et puis on se retrouve bientôt peut-être pour une prochaine interview sur d’autre sujets, c’est toujours intéressant d’avoir le retour d’une diététicienne-nutritionniste, parce que souvent les recommandations qu’on entend comme tu l’as dit, sont « manger trois produits laitiers par jour, de la viande à tous les repas quasiment, etc. » donc c’est intéressant d’avoir une autre vision. Merci beaucoup à toi encore une fois et à bientôt !

Voilà, j’espère que cet interview vous a plu et que vous avez appris plein de choses !

Vous en voulez d’autres ?
Vous avez des questions précises que vous aimeriez poser à des experts ?
Dites moi tout dans les commentaires 🙂

Articles associés

% commentaires (5)

Grand merci à vous deux, j’ai appris plein de choses sur les huiles 😀
Par contre, au sujet de la B12 dans l’alimentation omnivore, j’ai aussi entendu parler d’une source différente : la grosse majorité de la B12 produite industriellement dans le monde est destinée à l’alimentation des animaux, qui ne mangent plus beaucoup d’herbe dans les grands élevages industriels, donc c’est pour ça que les omnivores ne sont pas carencés – parce que les animaux qu’ils mangent ou dont ils mangent les produits, eux, ont été complémentés. Ca rejoint un peu le manque de réaction des gens aux antibiotiques, puisqu’ils mangent des animaux qui sont bourrés d’antibiotiques 🙂

Merci Iza, ravie que tu ais appris des choses 🙂 Oui j’ai également entendu ça sur la B12… Il n’y a plus grand chose de naturel maintenant… :/

Merci beaucoup Anne-So et Cindy pour ce génial interview ! J’ai appris pleins de choses que l’on n’entend pas ailleurs, notamment sur les huiles ou les algues (on va manger des makis plus souvent alors ;).
Quant aux oléagineux, j’ai toujours été de leurs côtés 🙂
Encore un grand merci pour cette mine d’informations,
Andréa

Merci beaucoup Andréa !! Je suis ravie que ça t’ai plu 🙂 Exactement, vive les makis végétaliens et les oléagineux !

[…] végétarienne de France, vegan France, des recettes végétariennes & végétaliennes, vegan et en pleine santé , des actualités veggie, Raw until […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.