Devenir vegan a changé ma vie

Promis ce n’est pas juste un titre racoleur, devenir vegan a réellement changé ma vie et je vous explique pourquoi dans cet article 🙂

Cet article est une contribution au laboratoire d’idées “Vers un monde meilleur”. Ses membres publient une fois par mois un article sur un thème commun. Ce mois-ci, le thème est “Faire face au changement“, proposé par Carole du blog “nom du blog Adolescence Positive  et son article “Cinq clés pour comprendre et gérer les changements de rythme de sommeil à l’adolescence“.

Cela fait un peu plus de 6 mois que je suis devenue vegan, (ou végétalienne,) que le temps passe vite ! Cet article sera l’occasion de faire un petit bilan. J’emploierai les deux mots vegan et végétalienne dans cet article même s’ils ne veulent pas tout à fait dire la même chose mais pour des raisons pratiques, on dit généralement “vegan” plus que “végétalien”. 

J’avais déjà écrit un article pour faire le bilan des 3 mois, mais je pense que 6 mois représentent une durée plus réaliste pour voir les vrais effets d’un changement.
En effet, lorsqu’on amorce un changement dans sa vie, on passe généralement par 3 phases :

l’euphorie : au début on est super motivés, on entame un nouveau projet, on se voit déjà réussir, on imagine déjà que ça va changer notre vie, on est prêts à fournir plein d’efforts.
les turbulences : c’est le moment où l’on se heurte aux premières difficultés, on se rend compte que ce ne sera peut-être pas aussi facile que ce qu’on pensait, on se demande si on a fait le bon choix, bref notre motivation première est mise à rude épreuve.
la stabilisation (ou le renoncement) : après les turbulences, on prend généralement la décision de soit tout arrêter, soit on s’accroche et on continue et c’est là qu’intervient le vrai changement.

La durée de chaque phase varie d’une personne à l’autre évidemment et de l’ampleur du changement, elle peuvent durer de quelques heures à plusieurs mois ou années, mais généralement on les compte en semaines. 

Voilà donc 6 mois que j’ai entamé mon changement, qui s’est révélé être bien plus qu’un changement d’alimentation, c’est carrément un changement de vie. Je n’avais pas mesuré l’ampleur de tout cela, je m’attendais un peu à ce que ça me change la vie, mais pas à ce point là et surtout, pas dans tous les domaines de ma vie.

En 6 mois, je pense avoir traversé les deux premières phases (l’euphorie et les turbulences) et je suis en train d’entamer la phase de stabilisation.

le-carnet-danne-so-devenir-vegan-a-change-ma-vie

Devenir vegan : est-ce que je regrette mon choix ?

Oui et non. (Je sais, cette réponse doit vous surprendre…)
-> Non car je sais pourquoi je l’ai fait et que je reste absolument convaincu qu’il faut remettre la bienveillance au coeur de nos valeurs et que le mode de vie vegan est un mode de vie vraiment bénéfique.
-> Oui car il m’est arrivé de le regretter certains jours où j’étais dans la phase de turbulences. Honnêtement, certains jours je me suis demandée si ça valait vraiment le coup de faire tout ça, si les animaux souffraient vraiment AUTANT qu’on le disait, si c’était vraiment bon pour la santé d’être végétalien, et si j’avais vraiment envie de me priver de ce fromage que j’aimais tant.

Du coup ce sont un peu toutes mes convictions qui ont été remises en question, moi qui était si certaine d’avoir fait le bon choix, voilà que je flanchais et je m’en voulais… J’y ai donc beaucoup réfléchi et j’ai compris qu’il était totalement normal et sain de douter, de se remettre en question et d’être tenté de revenir à nos bonnes vieilles habitudes… Que ça ne voulait pas dire que toute ma motivation était partie et que je m’étais trompée. Cela permet juste de se poser les bonnes questions et de se rappeler pourquoi on fait ça. Ça m’a détendue déjà. Et puis j’ai repensé aux raisons de mon choix premier, à toutes les infos que j’ai accumulé depuis et les réponses à toutes mes questions étaient : OUI.

OUI ça vaut vraiment le coup de faire tout ça, OUI les animaux souffrent autant qu’on le dit, voir plus, OUI c’est vraiment bon pour la santé de manger végétalien et OUI j’ai envie de me priver de ce fromage que j’aime tant car j’ai de bonnes raisons de le faire.

Devenir vegan : le plus difficile ?

En fait j’ai compris une chose : les turbulences arrivent souvent lorsqu’on est confronté aux autres. Seule avec moi-même, je ne regrette jamais mon choix, mais lorsque je suis entourée de gens, que je les vois manger du fromage ou des pâtisseries faites avec des oeufs et me regarder avec un sourire un peu condescendant, j’avoue j’aurais envie de faire comme eux, de rendre les choses plus simples et de me fondre dans la masse et qu’on arrête de me poser des questions et que j’arrête d’être celle “qui ne mange pas comme tout le monde”. Des fois, surtout au début, il m’est même arrivé de le faire, de manger du fromage en me disant que ce n’était pas grave, que je me faisais un petit plaisir et puis tout le monde était content comme ça. Sauf qu’après coup j’avais l’impression de m’être trahie moi-même…

Je pense que dans n’importe quel changement que l’on souhaite opérer, la confrontation aux autres est la partie la plus difficile… C’est à la fois positif quand les autres sont ouverts et simplement curieux, cela permet de véhiculer son message, de confronter nos arguments et d’avoir un impact positif sur les autres. Et à la fois négatif lorsque les personnes en face sont fermées et ne vont chercher qu’à vous prouver que vous avez tort, que vous faite une bêtise et vous faire changer d’avis…

le-carnet-danne-so-devenir-vegan-a-change-ma-vie2

Devenir vegan : comment je gère ?

L’important dans ces moments là ? Se rappeler son pourquoi ! La raison pour laquelle on a fait ce choix à la base. C’est ce à quoi je pense quand je doute. Je me rappelle que je l’ai fait pour trois raisons : 
les animaux, ma raison première : je ne veux plus contribuer à leur souffrance, j’estime que chaque être vivant à droit au bonheur et au bien-être et le fait de consommer des produits animaux contribue de toute façon à leur souffrance.
ma santé : il devient évident, grâce à de plus en plus d’études médicales, que consommer des produits animaux n’est pas le meilleur pour la santé. De plus, je mange beaucoup moins sucré depuis 6 mois (bye bye pâtisseries industrielles) et je me sens bien mieux.
la planète : la production de produits animaux est la plus grande source de pollution à l’heure actuelle, refuser d’en consommer c’est donc réduire considérablement son empreinte écologique.

Il est important aussi de se rappeler que tout est une question d’habitude et que ce qui peut nous sembler difficile aujourd’hui sera probablement une simple formalité dans quelques temps. La société nous “programme” pour manger et vivre de telle façon, au début c’est donc compliqué de faire différemment, puis comme toute chose, on retrouve de nouveaux repères et ça devient naturel 🙂

Devenir vegan : ce qui me manque le plus ?

J’en parlais déjà à mon bilan des 3 mois : c’est principalement le fromage qui me manque, ainsi que les oeufs. Contrairement à il y a quelques mois, le poisson ne me manque plus du tout, je ne peux vraiment plus concevoir le fait de manger de la chair animale, mais le manque de fromage persiste (le fromage fondant sur la pizza où le bon camembert en fin de repas) ainsi que les préparations à base d’oeufs : pâtisseries, quiches, etc. 

Heureusement il existe de très bonne alternatives, notamment pour les pâtisseries (vive la pâtisserie crue, ma plus belle découverte en devenant vegan). Pour le fromage, je consomme de moins en moins d’alternatives car cela a tendance à me frustrer plus qu’autre chose bien souvent… 

Donc finalement, ces choses là me manquent lorsque je les ai sous les yeux mais sinon, je n’y pense (heureusement) pas tous les jours… Et ma grande passion est de flâner sur instagram sur des comptes vegan où les photos et les recettes donnent tellement envie ! Je peux vous dire qu’à ce moment là, j’oublie bien vite le fromage ! 😉 

le-carnet-danne-so-devenir-vegan-a-change-ma-vie3

Devenir vegan : les changement majeurs constatés depuis 6 mois ?

En fait ça va paraître un peu cliché, mais devenir vegan m’a changé la vie. 
Je n’ai pas seulement modifié mon alimentation, j’ai aussi modifié ma façon de penser, de vivre, d’envisager l’avenir, de consommer en général et j’ai changé de carrière. Je ne suis pas la même personne qu’il y a 6 mois ça c’est sûr. 

J’ai lancé ce blog suite à ma décision de changer et je rêve que mon changement puisse impacter positivement des milliers d’autres personnes car je suis persuadée que le monde tournerait un peu mieux si nous étions plus de vegan sur terre. 

Mon hypersensibilité s’est développée. J’étais déjà assez sensible avant mais je crois que me refusais de l’être, car ce n’était pas “cool” d’être hypersensible… Or depuis que j’ai changé d’alimentation, je ressens beaucoup plus les choses et je ne peux plus le cacher. Certains vegan m’avaient dit expérimenter cela, que leur ressenti en général et leur intuition s’étaient beaucoup développés, mais je n’y croyais pas vraiment. Et bien ça a pourtant été le cas pour moi.

Ça va paraître bizarre dit comme ça mais j’ai l’impression de tout ressentir en décuplé. Je peux verser une larme devant une vidéo mignonne de chat ou de chèvre qui court dans un pré. Si je vois quelqu’un pleurer vous pouvez être sûr que je vais pleurer aussi, même si c’est à la télé ou dans un dessin animé (bonjour la petite larme versée devant Le monde de Nemo… #memepashonte). Mais je ressens aussi beaucoup plus de gratitude et d’amour, de joie et de connexion, surtout avec mes animaux. Je pourrais passer des heures juste à les regarder vivre. Rassurez-moi, je ne suis pas la seule ? 😀 

J’ai beaucoup plus besoin d’être entourée de nature qu’avant. J’habite à Paris mais j’adore aller me ressourcer chez ma mère en Normandie et je regarde les vaches dans les champs différemment maintenant. 

Et puis au niveau physique, je mange avec beaucoup plus de plaisir qu’avant car je sais que mon assiette est cruelty free et qu’aucun animal n’a souffert pour produire son contenu. On me dit souvent que j’ai l’air épanoui et rayonnante, donc je crois que ça se voit 😉
Et surtout mes goûts ont un peu changé, je n’ai jamais autant apprécié les fruits et légumes, je peux me faire un repas de fruit facilement tout en me régalant ! J’avais entendu dire que le palais ça s’éduque et ça se ré-éduque aussi, et bien c’est vrai ! Tout est une question d’habitude.

Comment j’envisage la suite ?

J’ai pour l’instant à peu près validé la transition alimentaire et je mange à 95% végétalien. Il m’arrive encore de consommer des aliments qui contiennent un peu de miel et un petit bout de fromage ou de gâteau de temps en temps, peut-être 1 fois par mois, mais le reste du temps, mon alimentation est vraiment végétale. 

La suite sera pour moi de passer au 100% vegan c’est à dire de ne plus utiliser de cosmétiques contenant des dérivés animaux ou testé sur les animaux, ne plus porter de cuir, etc. J’ai déjà bien amorcé cette transition mais il reste beaucoup à faire. Mais je le ferais avec plaisir car c’est l’occasion de découvrir encore un autre univers. De plus de nombreuses alternatives au cuir se développent actuellement et il sera de plus en plus facile de ne plus en porter je pense. 

La révolution est en marche, je vous dis 😉

Articles associés

% commentaires (5)

Bravo, beaux progrès ! C’est vrai que la partie la plus difficile, c’est de se confronter aux autres – l’acceptation des vegans forcément carencés, le “mais alors, qu’est-ce que tu manges ?”. Je suis devenue vegan pour les mêmes raisons que toi, mais comme j’étais déjà assez hypersensible avant, je ne peux pas répondre à ta question, désolée 🙂 Quoiqu’il en soit, bonne continuation à toi, tiens-nous au courant !

Merci beaucoup Iza 🙂
Heureusement les mentalités sont en train de changer et j’essaye de ne pas oublier qu’il y a encore quelques mois, je me demandais aussi ce que mangeaient les vegan et s’ils étaient plein de carences, donc j’essaye de comprendre les réactions des autres 😉 Et vive l’hypersensibilité haha

Super ton article ! Et tout ton blog d’ailleurs !
Je me retrouve énormément dans ce que tu dis.
J’essaye de devenir Vegan, je l’ai été quelques mois et j’ai craqué. C’est vrai que si j’étais seule avec moi même tout serait beaucoup plus simple. Je ne me cherche pas d’excuses mais le fait d’être invité à des repas de famille où il n’y a que de la viande et du fromage et bien sûr en dessert pâtisserie aux œufs, c’est extrêmement difficile. Plusieurs fois je me suis ramenée à manger ou alors je mangeais la salade verte…
Et j’ai craqué. J’ai du mal à manger de la viande mais le fromage et les gâteaux….
En te lisant je retrouve la motivation, j’aimerais de nouveau être en accord avec mes convictions.
Ce qui est très dur aussi c’est de ne plus être crédible par rapport à son entourage. Je sais que je le fais pour moi, ma santé et les animaux, mais on n’est vraiment pas aidé.
J’admire ta motivation ! Bravo à toi !

Merci beaucoup pour ton message 🙂 🙂
Je comprends complètement ce que tu vis et culpabilise pas trop, chacun son cheminement et l’important est de faire ce qui nous semble le mieux. Je suis ravie que mon article t’inspire ! Je sais à quel point ça peut être difficile lorsque on est le seul vegan de son entourage et à quel point ça aide de prendre de l’inspiration où l’on peut.
Je pense que l’important est d’être authentique avec ton entourage, de leur expliquer que tu as fais ce choix mais que ce n’est pas toujours évident et que tu es encore “en cours de transition” 🙂 Au début ils vont peut-être te regarder de travers mais tu verras qu’en général au bout d’un moment ce sont eux qui vont se révéler curieux et te poser des questions sur comment manger vegan, des recettes, etc. Et là ça fait vraiment plaisir 😉

[…] d’AnneSo, blog carnet vegan plein de bonnes choses pour vous, avec l’article : « Devenir vegan a changé ma vie » . Dominique et François-Xavier, pour Les Parents positifs, blog diffuseur de […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.