Pourquoi j’ai arrêté les produits laitiers (1/2)

Une fois n’est pas coutume, c’est un article un peu plus long et “engagé” que je vous propose aujourd’hui. Cela fait un moment que j’avais envie d’aborder ce sujet, car on me pose souvent la question, mais j’hésitais, je ne me sentais pas forcément prête, je ne savais pas si c’était juste…
J’ai en effet arrêté les produits laitiers principalement car je trouve que les vaches laitières vivent un enfer toute leur vie, elles sont traitées comme des machines et non comme des animaux. 
Cet article va donc se concentrer sur les conditions de vie des animaux et un second suivra (d’ou le (1/2)), où j’expliquerai les autres raisons qui m’ont poussées à arrêter les produits laitiers, notamment l’impact sur la santé, etc.

Je me suis rendue compte que beaucoup de gens ne connaissent pas la façon dont sont réellement obtenus le lait et donc tous les produits laitiers. Certaines personnes avec qui j’ai discuté du sujet était choquées en apprenant comment cela se passe. Alors que lorsqu’on y pense c’est très logique et simple, sauf qu’on a tendance à l’oublier ou l’ignorer volontairement.

Je vais donc essayer de vous l’expliquer clairement et calmement (oui ça a tendance à me révolter) et je vais compléter mon propos pas une vidéo qui a fait le buzz, celle d’Erin Janus où elle explique en 5 minutes chrono (et avec son joli sourire) le fonctionnement de l’industrie laitière. Mais ne vous fiez pas à son joli minois, c’est une vidéo assez cash, avec quelques images violentes, je préfère prévenir. Elle vaut vraiment d’être vue, mais sachez juste qu’elle est un peu perturbante…

Donc, revenons à nos moutons ou plutôt à nos vaches en l’occurence. (#humoriste)

Lait

Crédit photo : Paolo Piscolla


D’où vient le lait ?

J’imagine que vous savez tous que le lait vient des vaches. Jusque là, ça va. Certains lait peuvent aussi venir de brebis ou de chèvre, mais le processus de “fabrication” reste le même, je vais donc me pencher sur le cas des vaches, qui constituent les plus grosses productrices de lait dans le monde.

La vache étant un mammifère :
1/ elle allaite son petit
2/ pour produire du lait, il faut justement qu’elle ait un petit.

En effet, les mammifères ne produisent du lait qu’en réaction à une gestation (c’est à dire une grossesse) et à la naissance d’un bébé. Notre amie la vache va donc donner naissance à un joli veau.

Mais remontons un peu en arrière : comment est-elle tombée enceinte déjà ?
Si vous êtes comme moi, vous pensiez peut-être naïvement qu’on avait mis la vache dans un champ plein de fleurs, avec un beau taureau et qu’on les avaient laissé batifoler jusqu’à ce que la magie opère et que BAM ça fasse des chocapic (enfin qu’ils s’accouplent) ?
C’est ce que je pensais jusqu’à il n’y a pas si longtemps… 

IMG_1501

Crédit Photo : Sébastien Marrey

Malheureusement, la réalité est un peu différente… Les industriels du lait recherchent avant tout le rendement et ne prennent plus le temps d’attendre que la vache et le taureau se fassent la cour. A la place, ils vont prélever le sperme directement chez les taureaux, à l’aide d’une décharge électrique (sympathique, n’est-ce pas ?) et ils vont ensuite inséminer les vaches. 

Je vais éviter les mots trop crus, mais si vous avez déjà vu une insémination de vache, vous savez qu’il s’agit de leur introduire une grande aiguille dans le vagin puis d’y “déposer” le sperme et généralement pas de manière délicate. Je n’irai pas m’aventurer à comparer cela à un viol, mais ça en a quand même quelques aspects… Cette pauvre vache n’a rien demandé à personne et se retrouve immobilisée et inséminée. D’autant plus que pour provoquer l’ovulation, on l’a bourrée d’hormones artificielles avant…

Séparation de la vache et son veau

Voilà vous savez comment notre amie la vache est tombée enceinte puis a donner naissance à son bébé. Dans le même temps elle a également commencé à produire du lait.
Lorsque le petit veau naît, encore une fois si vous êtes comme moi, vous pensiez qu’il se mettait à téter sa mère et restait avec elle à courir dans les champs ? Sauf que … Si on laisse le veau téter tout le lait cela veut dire qu’il n’en restera plus pour les consommateurs… Donc ? Et bien on enlève le veau à sa maman au plus vite. Certains “chanceux” pourront rester avec elle quelques jours, mais la plupart sont retirés dès la naissance.

Imaginez vous ce petit veau qui vient d’arriver au monde, ne comprend rien à ce qui lui arrive et se retrouve seul, sans repère, belle image n’est-ce pas ? Mais sa maman ne se laisse généralement pas faire, elle y tient à son veau et se met donc à le chercher et à pleurer/mugir (oui une vache mugit, j’avoue j’ai du faire une recherche google, je n’étais plus sûre)/hurler pendant des jours voir des semaines… Encore une belle image…

Notre petit veau va ensuite être engraissé puis envoyer à l’abattoir au bout de quelques semaines pour se retrouver dans les assiettes sous forme de steak ou de rôti de veau. Enfin ça c’est s’il a la “chance” d’être un mâle.
Si c’est une femelle, elle aura droit au même sort que sa maman.

Veau - CP - Victorillien

Crédit photo : Victorillen

Le lait ne contient pas que du lait

L’histoire ne s’arrête pas là.
La vache a donc un trop-plein de lait et vous comprenez, les agriculteurs doivent donc la traire pour la soulager, pauvre bête… Oui sauf que si on ne l’avait pas mise enceinte de force puis volé son bébé, elle n’en serait pas là ! Pardon, je m’emballe et j’avais promis de rester calme.
Donc la vache va passer à la traite et on va la “libérer” de son lait, ce qui va entrainer une nouvelle production de lait et ainsi de suite.

Je mentionnerai rapidement le fait que les vaches produisent 3 fois plus de lait aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pas naturellement mais grâce à des hormones et des croisements de races. Mais les vaches ne sont pas physiquement faite pour produire autant, elles ont donc souvent des problèmes de dos et les pis prêts à exploser et douloureux…

La traite n’étant plus effectuée à la main par une gentille fermière avec un foulard sur la tête assise sur un tabouret, les vaches passent dans ce qu’on appelle une salle de traite : elles sont mises dans des boxes et la traite se fait de manière mécanique avec des tuyaux. 

Ceux-ci étant beaucoup moins doux que les mains de la gentille fermière et comme les vaches passant en salle de traite en général 2 fois par jour, leur pis s’infectent régulièrement.
L’infection entraîne la formation de pus
(autrement appelé cellules somatiques) qui se retrouve… dans le lait !

Mais le lait est pasteurisé et donc le pus est retiré, non ? C’est en partie vrai. Seulement en partie, car une certaine quantité de pus est en fait tolérée dans le lait destiné aux consommateurs finaux. Miam !

Quelle quantité ?
Une vache “saine” produira un lait avec une quantité de 100 000 cellules somatiques par millilitre, mais la commercialisation du lait sera autorisée avec un seuil allant jusqu’à 400 000 cellules par ml. Et ce taux est encore plus élevé dans certains pays comme les Etats-Unis ou le Canada. Ça ne vous parle sûrement pas beaucoup ces quantités, à moi non plus, mais rien que l’idée de savoir qu’il y a du pus dans le lait, même en quantité infime, me donne envie de vomir…

Pour éviter ou soigner ces infections, de fortes doses d’antibiotiques sont administrées aux vaches. Antibiotiques que l’on retrouve… dans le lait, bravo, vous suivez ! On y retrouvera aussi une partie des hormones administrées à la vache pour qu’elle passe en ovulation comme je le mentionnais plus haut.

Un verre de lait est donc un bon cocktail de pus, d’hormones et d’antibiotiques.
Miam, je vous mets quelques glaçons avec ?

Enfin au bout de 4 à 6 années de vie “géniale” à passer son temps à être enceinte, puis malheureuse et traitée comme un distributeur à lait, les vaches sont épuisées et leur production baisse. On les envoient donc à l’abattoir pour qu’elles servent au moins à produire de la viande. Certaines s’effondrent même littéralement d’épuisement et il faut alors les trainer jusqu’au camion qui va à l’abattoir.

Vache - CP -

Crédit photo : Bertrand Petitjean

Les produits laitiers ne sont pas nos amis pour la vie

Voici donc quelques raisons pour lesquelles j’ai arrêté les produits laitiers, que ce soit le lait, les yaourt, le fromage, le beurre, etc. et me suis lancée dans ce défi veganEt pourtant, croyez-moi, j’adore le fromage ! Mais je ne regrette en aucun cas ma décision et on peut très bien vivre sans produits laitiers.
Et le calcium alors ?
Je vous en reparle très vite dans l’autre article, que j’ai mentionné au tout début, où je vous expliquerai comment on peut être vegan et ne pas manquer de calcium, mais également pourquoi, pour des raisons de santé, consommer des produits laitiers n’est pas idéal.

Par quoi on remplace ?

Je vous explique tout dans le guide gratuit “Par quoi remplacer les produits d’origine animale tout en gardant le plaisir de manger”, pour le télécharger, rendez-vous en fin d’article 🙂

En attendant, je vous laisse avec cette vidéo d’Erin Janus qui explique en 5 minutes comment fonctionne l’industrie laitière. Attention, la vidéo est instructive mais contient des images perturbantes, je préfère vous prévenir dans un souci de transparence et surtout parce que je trouve ça très agressif de se prendre des images comme ça dans la figure sans avoir été prévenu avant.
Je ne pense pas que c’est comme cela qu’on change les croyances des gens, je préfère prévenir et vous laisser votre libre arbitre.
Si vous avez lu cet article en entier j’imagine que c’est un sujet qui vous touche (bravo à vous !), je vous conseille donc vraiment de regarder la vidéo, mais prévoyez de faire un câlin réconfortant après à votre chat / petit(e) ami(e) / ami imaginaire / peluche /grand-mère, etc. pour vous en remettre.

Prenez soin de vous <3

Arrêter le lait et les produits laitiers, vous en avez envie ? Pas du tout ?
Vous avez déjà testé d’autres alternatives ? 

Articles associés

commentaires (5)

[…] Si vous avez loupé la première partie de cet article, vous pouvez la retrouver ici : Pourquoi j’ai arrêté les produits laitiers (1/2). […]

[…] Pourquoi j’ai arrêté les produits laitiers 1ère partie (j’y aborde surtout les conditions de vie des animaux) Pourquoi j’ai arrêté les produits laitiers 2ème partie (j’y parle des aspects santés et propose des alternatives aux produits laitiers) […]

[…] sujet qui revient souvent quand je dis aux gens que je suis vegan (en plus de celui sur les produits laitiers dont je vous ai déjà parlé longuement) est celui des […]

[…] Mais du coup, tout comme pour une drogue, si j’arrête de consommer du fromage, l’addiction diminuera pour disparaître, ce qui a été le cas pour moi. Au début il a été difficile de me passer de fromage… Maintenant, j’en ai toujours envie quelque fois mais beaucoup moins qu’avant et surtout je ne vois plus le fromage comme un aliment que j’adore, je vois le fromage comme un produit de souffrance comme je vous en parle dans mon article « Pourquoi j’ai arrêté les produits laitiers« . […]

Des qu on peut tuer un animal,on ne vaut rien des laches de merde ,ils vont le payer un jour
Les vaches ont tout aussi le droit de vivrent que le paysan,il a qu à aller à l abattoir lui même
Mais lui il n ose pas ….salaupard

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.